Apéro-fiction "la ville de demain" - 5 décembre 2013 à Paris

L'apéro-fiction du 5 décembre 2013 : Anticiper les territoires de demain, dès aujourd'hui ensemble.

La problématique de fiction proposée aux participants : 2030, la ville du Grand Paris vous demande à vous professionnels de proposer des solutions pour avoir une production agricole urbaine et répondre en partie aux besoins alimentaires des citoyens.

Cliquez ici pour télécharger le scénario de fiction dans son intégralité

Apéro-fiction Ville de demain - Scop les 2 rivesLe 5 décembre, vous avez été une cinquantaine de professionnels du cadre bâti, de l’aménagement et de l’agro-alimentaire à participer au premier Apéro-fiction organisé par la Scop les 2 rives. Cet événement s’est tenu à La Ruche, espace collaboratif de travail et de création pour les entrepreneurs sociaux à Paris : un lieu inspirant qui a vu de belles idées germer !

Des groupes multi-professionnels de 4 à 6 personnes ont ainsi réfléchi ensemble aux solutions qu’il serait possible de mettre en œuvre en 2030 face à une nécessité de relocalisation de la production des denrées alimentaires dans les villes.

Nous vous laissons découvrir, ou redécouvrir, ces propositions de solutions, et vous plonger dans ce futur proche !

Merci à tous les participants pour leur enthousiasme !

 


> L'arbre de quartier

Apéro-fiction Ville de demain : L'arbre de quartierAfin de répondre localement aux enjeux globaux, il est proposé de mettre en place à Paris une dynamique autour des « arbres de quartiers ». L’idée est de responsabiliser les habitants et de leur permettre de s’approprier les arbres en consacrant chaque quartier à une essence différente, et en mettant en place toute une animation autour des arbres. Par exemple, à chaque naissance, un arbre sera planté.

La réussite de ce dispositif passe également par la sensibilisation dans les écoles : chaque école a un arbre et monte des projets autour de cette thématique, avec des moments conviviaux autour de cette vie de l’arbre (fêtes des récoltes par exemple).

En termes de récolte et de distribution, un système d’AMAP est mis en place, à l’échelle de l’immeuble, toujours dans cette optique de responsabilisation et d’appropriation.

Les toits sont aussi investis par les arbres fruitiers et deviennent des vergers, et les arbustes décoratifs dans la ville sont remplacés par des baies.

C’est donc une réelle diversité des essences pour répondre à tous les besoins qui est proposée, sur fond d’appropriation, de responsabilisation et de sensibilisation des habitants ! 

> Un Paris cultivé

Apéro-fiction Ville de demain : un Paris cultivéLe pari d’un Paris cultivé en se réappropriant les espaces et en proposant des solutions adaptées…

Les cultures sont implantées dans différents endroits de Paris, certains de façon emblématique : les aéroports désaffectés comme le Bourget, les grands boulevards comme les Champs Elysées ou encore les grands jardins comme le Champs de Mars ou le parc de la Courneuve. Parallèlement à ces implantations phares, les routes sont réduites à 2 voies pour faciliter l’implantation de l’agriculture en ville.

Deux types de cultures sont envisagés : la culture dans le sol, qui pose la question de trouver un sol à restructurer ; et la culture hors sol, une méthode japonaise, sur les toits pour optimiser l’occupation de l’espace.

L’exploitation est prévue via des équipements collectifs (moulins, fours…), et la distribution via des AMAP.

La participation citoyenne, encadrée par des professionnels, sera rétribuée en nature

Ce sont donc des solutions de cultures diversifiées avec une forte intégration des citoyens, et une belle réappropriation de l’espace public qui sont proposées !

> La campagne en ville

Apéro-fiction Ville de demain : la campagne en villeAfin de répondre à ces objectifs ambitieux, il est proposé de mettre l’élevage au centre de l’écosystème par le biais de plusieurs actions.

Au niveau de la ville de Paris :
- implantation d’animaux d’élevage comme des ovins et des bovins dans les parcs
- développement de la pisciculture dans la Seine

Et au niveau des bâtiments :
- utilisation des toits plats des bâtiments pour installer des ruches, des clapiers et des poulaillers
- utilisation des terrasses pour installer des élevages d’insectes

Ce sont donc des actions sur plusieurs échelles qui sont proposées pour faire de Paris la campagne dont les parisiens rêvent !
 

> La Poule Eiffel

Apéro-fiction Ville de demain : la Poule Eiffel2030, les chercheurs réfléchissent et se rendent compte que le problème vient du sens: il n’y a plus de sens. Pour le retrouver il faut se relier à notre nature animale, notre vraie nature : il faut une mutation de l’humanisme animal. On va transformer Paris en ville de l’élevage et des animaux :
- en se réappropriant l’espace : les fleuves et les cours d’eau (pour développer la pisciculture par exemple), les espaces non occupés, les monuments…
- en développant une nouvelle culture animale comme par exemple celle des insectes. En termes d’impact cela pourra passer en partie par l’école où il sera imposé au moins 20% d’insectes dans les repas des cantines. Tout part de l’éducation et c’est donc la première cible pour une transformation durable.
- en mettant en place une nouvelle économie dans laquelle les gens ne travaillent plus que 4 jours et consacrent 1 journée à l’élevage et à la participation à l’ensemble des activités
- et en mettant en place une nouvelle gouvernance de Paris : la tour Eiffel devient la Poule Eiffel, au sommet de laquelle le maire de Paris aura son bureau !

Une réappropriation des espaces et des monuments au service de l’élevage : tout cela sera opérationnel en 2050 !

> Les nouvelles rues de Paris

Apéro-fiction Ville de demain : les nouvelles rues de ParisAfin de ramener l’élevage en ville, tous les moyens sont bons. Les initiatives peuvent être individuelles ou collectives, au niveau quartier, de l’immeuble… Dans ce modèle rien n’est imposé, il faut que les choses se fassent naturellement et que les citoyens n’agissent pas sous la contrainte.

L’une des propositions exposée est l’éradication de la voiture qui prend actuellement environ 70% de l’espace public, parkings privés compris. De fait, la voiture domine actuellement la ville, les rues, et par conséquence les espaces sont peu verts et la partie publique est totalement imperméabilisée.

Dans la rue de demain, la voiture sera exceptionnelle. La rue sera coupée en deux : un côté avec la voiture, le tram et les piétons, et l’autre côté du maraîchage à l’ombre des bâtiments, des poules, des murs végétalisés, une réflexion sur la gestion des eaux de pluie etc.

C’est donc une nouvelle conception de l’espace public et privé qui est proposée, qui donne la part belle aux cultures et à la végétalisation, et qui amènera aussi plus d’humanité dans la ville !

> L'élevage dans les quartiers

Apéro-fiction Ville de demain : l'élevage dans le quartierAfin de ramener l’élevage dans la ville, il convient tout d’abord de répondre à une contrainte d’espace : il est proposé de fonctionner sur une répartition verticale de l’espace au niveau du bâtiment. Les composantes seront multiples :
- élevage de gros animaux (veaux, vaches, cochons, moutons…) sous pilotis en rez-de-chaussée pour permettre une circulation facile, et pouvoir ouvrir en été et fermer en hiver
- fermes à insectes en sous-sol (reconversion des parkings)
- logements dans les étages pour profiter de la chaleur produite par les animaux
- et éléments « légers » sur les toits : poulaillers, clapiers…

L’avantage de la construction verticale est la réflexion sur la taille optimale pour que ce système se mette en place.

Pour la distribution, c’est le modèle de l’AMAP qui est proposé, avec des petits centres de production à l’échelle de l’ilot pour alimenter toute la ville (modèle décentralisé).

C’est donc une réflexion sur l’échelle à laquelle organiser ces nouveaux modèles humainement pour que cela fonctionne qui s’engage !

> Le Péri-fruits

Apéro-fiction Ville de demain : le Péri-fruitUn des problèmes majeurs ce sont les voitures : il est donc proposé de les éradiquer. A partir de là nous avons une ville au sein de laquelle les habitants se déplacent via des transports doux et beaucoup d’espaces sont libérés. Dont le périphérique. Qui va être transformé en « péri-fruit » : il devient ainsi une piste cyclable bordée d’arbres fruitiers. Ces arbres pourront être enterrés, ou bien surélevés avec des plantes qui descendent : dans tous les cas les passants pourront cueillir les fruits librement. Il est envisagé de mettre en place un système d’irrigation en déviant la Seine.

Puis, dans la ville, des arbres fruitiers seront implantés sur des « murs à baies », ce qui permet d’optimiser l’espace. Des ruches seront aussi installées pour avoir des abeilles qui butinent tous ces arbres, puis produiront le miel de Paris !

Il y aura beaucoup de biodiversité, et en plus, en raison du réchauffement climatique, nous pourrons faire pousser des arbres de tous les pays, comme des bananiers par exemple.

Les Parisiens redeviennent donc des chasseurs-cueilleurs dans un contexte arboré et exempt de voitures !


Pour être tenus informés de nos prochaines soirées thématiques
ou si vous souhaitez organiser un événement avec la Scop les 2 rives

Contactez nous
Julie KOSMAN, co-fondatrice
julie.kosman@scop-les2rives.eu


 

SCOP les 2 Rives
Siège : 12 rue St-Cyr 69009 LYON. Tél.: +33 (0)4 72 20 08 95, port.: + 33 (0)6 75 46 73 27
Etablissement secondaire : A La Ruche 84 quai Jemmapes 75010 PARIS. Tél. : + 33 (0)6 68 31 84 04
SIRET 539 062 117 00012 / code APE : 8559A
Numéro de déclaration d’activité : 82 69 12060 69

Mentions légales